5R of Zero waste
Poubelle Rose

Zéro Déchet sans rien acheter - 5 astuces pour débuter

Hello !

Aujourd’hui on parle de l’approche ZERO DECHET, ou ZERO WASTE. Je ne sais pas si c’est la bonne façon de présenter cet article, de l’appeler ZD sans rien acheter.

D’une part j’entends beaucoup « oui maaaiiis c’est compliqué, ça va me coûter de l’argent, me coûter du temps… » mais d’autre part, je sais qu’on a toujours envie d’acheter un super accessoire tout neuf et que faire un article « les 10 indispensables pour commencer le zéro déchet » c’est plus aguicheur.

Bon. Alors il faut faire des choix. On verra les indispensables du zéro déchet plus tard. Aujourd’hui, on va adresser la première tension : « le zéro déchet ça prend du temps, et de l’argent ».

Norman @giphy.com

Dans l’approche zéro déchet, il va d’abord s’agir de refuser et de réduire notre consommation. Commençons par le début :

 

Le BABA : les 5 R du Zero Déchet

Based on Bea Johnson's model @poubelle-rose.fr

Le Zéro Déchet, et plus particulièrement les 5R théorisés par Bea Johnson dans son bouquin Zero Déchet (Ed. Les Arenes et J’ai lu) procède par 5 principes simples

REFUSER : ce dont tu n’as pas besoin

REDUIRE : ce dont tu as effectivement besoin

REUTILISER : ce que tu possèdes, ce que tu consommes

RECYCLER : ce que tu ne peux ni réutiliser ni refuser

RENDRE A LA TERRE (COMPOSTER) : tout le reste

 

Et là, tu te rends compte que le sacro-saint recyclage est… presque à la dernière place du podium. Eh oui. Ah on t’avait vendu le recyclage comme ZE solution pour sauver la planète ? Sorry babe. Recycler, ça induit de produire un déchet. Si tant est qu’il finit dans le bon canal de tri qui permette son recyclage. Si tant est aussi qu’il puisse être recyclé (pas de nouveauté ici, tout ne se recycle pas). Donc dans l’idée, on essaye de tout faire pour ne pas générer de déchet, utiliser ce qu’on a jusqu’à la dernière goutte ce qu’on a, et on ne jette qu’en dernier recours. Et si on doit générer un déchet, autant qu’il puisse être valorisé autrement (compost, papier ou carton, verre effectivement recyclé). Cette approche invite à exclure de facto tout ce qui ne peut être réutilisé, recyclé ou composté.

 

Pour passer à un mode de vie Zero Waste (je préfère le terme Anglais, qui veut dire « zéro gaspillage », plutôt que « zéro déchet » qui n’est jamais totalement vrai), il est question de savoir tout optimiser dans ce qui t’entoure DEJA. Pour démarrer, j’insiste là-dessus. Ca va suffisamment remuer tes habitudes, ta façon de consommer, ne commence pas par t’encombrer de plein d’achats dont tu ne sais pas s’il vont vraiment de servir (kikou l’achat d’impulsion, je suis passée par là aussi) simplement parce que tu as lu que c’était « indispensable » pour changer ton style de vie.

Une fois que tu auras un peu frayé ton chemin et que tu y verras plus clair entre ce dont tu as besoin ou non, alors prend le temps de t’équiper de manière durable. Le temps de faire la distinction entre ce que tu peux arrêter d’acheter tout simplement, et les objets pour lesquels il te faudra un remplaçant version durable / réutilisable.

bocaux en verre remplis de céréales
Markus Spiske @unsplash.com

Première règle donc : COMMENCE AVEC CE QUE TU AS

Tu as suffisamment d’articles de cuisine, de salle de bain, de trucs et de machins. En me mettant au zero waste, j’ai trouvé ça confortable de finir mes stocks d’ancien trucs tout en mettant en place de nouvelles habitudes. Ca a rendu la transition plus douce (pas pour moi vu que j’étaismotivée, mais surtout pour mon colocataire de vie)

Exemple typique de jetable dans la cuisine : l’alu et le cellophane. Ca n’a pas de sens de jeter à la poubelle ce qu’il te reste de rouleau pour entamer de nouvelles habitudes (tu te souviens, on évite de jeter, c’est un peu anti marie kondo tout ça – on y reviendra. Un jour). Ou bien garde ce qu’il t’en reste pour un moment où ça te semble vraaaiment indispensable, sinon laisse-le de côté pour lui trouver un autre usage. Avant d’investir dans des charlottes et du bees wax pour couvrir / emballer tes aliments, utilise par exemple une assiette pour couvrir tes plats, des bocaux pour conserver, des tupperware, etc. Fais avec ce que tu as déjà. Le zéro déchet vise à éviter la surconsommation, donc on développe les astuces malines et qui ne coûtent rien. Couvrir un saladier avec une assiette, banco. Mettre un reste de plat dans un tupperware que tu possèdes déjà, banco aussi. Soit inventif.ve avec ton environnement ! Repère ce qui est à usage unique et vois ce que tu possèdes autour de toi pour le remplacer, avant d’envisager un achat.

plastic containers
Markus Deluvio @unsplash.com

Deuxième astuce : PREND EN COMPTE TES HABITUDES A TOI, TES ACHATS, TON ANCRAGE LOCAL.

Tout le monde n’a pas un magasin en vrac facilement accessible, tout le monde n’a pas une ferme proche de chez lui pour acheter en direct producteur et sans emballage, etc. Tu vas devoir composer avec ta réalité locale. Prend donc le temps de te renseigner sur ce qui existe autour de toi, de rejoindre des groupes d’échanges (online ou IRL)… Prend aussi en compte tes habitudes d’achat.

 

Exemple : j’ai la chance d’avoir deux fermes proches de chez moi, ce qui me permet de faire des courses sans emballage à usage unique pour les légumes, les fruits et les œufs. J’amène mes sacs, sachets, boites... En revanche, c’est chaud pour les aliments en vrac. Je peux passer à la boulangerie avec mon sac, mes boites si je prends un sandwich ou un dessert. Mais je n’ai pas de solution locale et facilement accessible pour le café, les céréales, la crèmerie, etc. Sans parler des bouteilles de verre qui ne sont pas consignées. En plus du fait que je me pose des questions sur les magasins en vrac (pareil, ce sera l’objet d’un autre article), j’ai pris le parti pour le moment de favoriser les emballages en cartons et papier, ainsi que les grands formats (moins d'emballage) et de REFUSER (1er point des 5R) les emballages en plastique. Je ne suis pas assez renseignée sur les options de courses en ligne avec consigne mais c’est quelque chose que je vais creuser.

crops seen from above
Markus Spiske @unsplash.com

Avant d’investir dans des tonnes de boites, de sachets, de trucs divers et variés, prends ce que tu as chez toi pour contenir tes courses. Le super cabas trop stylé indispensable pour mettre tes courses et le set de 10 boites en verre attendrons, eux aussi. Pour commencer, utilise les sacs et cabas que t’as chez toi. Cherche d’abord à REFUSER ce dont tu n’as pas besoin (les sachets donnés au marché ou au supermarché, les bouteilles d’eau en plastique) pour REDUIRE ta consommation et REUTILISER ce que tu peux (garde une bouteille en plastique pour te servir de gourde avant d’acheter une gourde en inox trop stylée qui fera rougir tes voisins)

A nouveau, je ne dis pas qu’il faut pas le faire DU TOUT, je dis juste que c’est pas nécessaire au démarrage. Nuance.

 

big bin in street
Jilbert Ebrahimi @unsplash.com

Troisième astuce : SIMPLIFIE. Vois ce que tu peux arrêter d’acheter : ex, l’eau en bouteille, pour passer à l’eau du robinet (économies garanties, financières et écologiques. Une bouteille en plastique met entre 500 et 1000 ans à se décomposer et coûte 100 à 200 fois (!) plus cher que l'eau du robinet)

Ca veut dire que pendant quelques semaines, tu vas devoir faire l’effort de passer tes achats en revue (ai-je besoin de ce produit ? puis-je le faire moi-même ? Ai-je déjà un objet à la maison que je peux utiliser à cette fin, détourner un usage pour un autre ?)

 

Exemple : on n’achète plus de sopalin car j’ai récupéré du tissu et fais des serviettes. J’ai également fait des éponges maison pour ne plus en acheter en magasin. Plus tard, j’ai acheté une brosse pour la vaisselle mais typiquement, cet achat n’était pas utile car je préfère me servir du tawashi que de la brosse. D’où l’intérêt de prendre le temps de tester ce qui te va ou pas, pour éviter ce genre d’achat inutile.

 

Markus Spiske @unsplash.com

Quatrième astuce : vois ce que tu peux acheter différemment : c’est super si tu trouves du quinoa en vrac, mais si ça ne fait pas partie de ton alimentation et que le machin va prendre la poussière des mois chez toi, ben ça sert à rien. (ou alors change tes habitudes alimentaires et mange du quinoa 😉 ). Ce que je veux dire, c’est que tu n’as pas besoin d’acheter des choses que tu n’as pas l’habitude de manger, de te forcer à quoi que ce soit. Pour le moment, on se concentre sur les 2 premiers aspects, à savoir REFUSER et REDUIRE.

 

Sois au clair sur ce que tu refuses parce que ça t’aidera à faire des choix d’achats alternatifs. Je n’ai pas changé mes habitudes alimentaires dans le sens où je mange la même chose qu’avant de me mettre à un mode de vie zero waste, mais j’ai changé le type d’emballage dans lequel ça vient, quand je suis obligée d’avoir un emballage. Par contre, chez les commerçants je prends systématiquement un sac, une boite… chez le boulanger, chez le fromager, à la ferme… Et si tu n’as pas de ferme mais que tu prends tes fruits et légumes au supermarché, prend tes sachets pour mettre tes fruits et légumes, refuse ceux qui sont mis à ta disposition, et refuse les légumes pré-pesés et pré-emballés. Le plastique à usage unique doit être banni autant que se peut de ta vie. C’est vraiment une condition importante. Apprend à le repérer.

disposable cup and fork

Une image esthétique avec tout ce qu'il faut pas faire: que du jetable / Yulia Khlebnikova @unsplash.com

Cinquième astuce : REFUSE. BEAUCOUP.

Tout ce dont tu n’as pas besoin en dehors de tes courses : les couverts en plastique, les serviettes en papier avec les sandwichs, les gobelets à usage unique, les touillettes… Si tu te mets à y faire attention, tu verras que ton quotidien est truffé de moment où on te donne des choses dont tu n’as pas besoin. Il faudra oser dire non, merci (et parfois insister, mais toujours avec le sourire 😉)

Une fois que tu auras commencé à refuser, à voir les objets comme de potentiels déchets, tu sauras assez vite ce que tu veux refuser ou non.

Markus Spiske @unsplash.com

Astreins-toi à cette discipline quelques semaines, le temps de mettre en place ce changement dans ta vie. Vois ce que tu peux refuser et réduire, ce qui n’est pas nécessaire dans tes achats. Regarde ce qui part à la poubelle et demande toi quelle alternative tu as. Ensuite, tu auras assez vite identifié ce qui peut te manquer, ce que tu as besoin d’acheter avec une version durable. A ce moment-là, équipe toi 😊.

Alors le mode de vie zero waste, ça coûte si cher que ça ?

 

Pour résumer :

  1. Commence avec ce que tu possèdes déjà : n’achète rien avant d’avoir fait 5-6 semaines de tests divers et varier. Tu sauras alors ce qui marche ou non pour toi, et ce qui manque vraiment pour te permettre d’avancer encore.
  2. Prend en compte tes habitudes à toi, tes achats, ton ancrage local (on n’a pas tous les mêmes services à disposition)
  3. SIMPLIFIE : vois ce que tu peux arrêter d’acheter
  4. Vois ce que tu peux acheter autrement et remplacer
  5. REFUSER doit devenir un réflexe (refuser les emballages pour acheter en vrac par exemple, refuser un pack plastique pour lui favoriser un no-pack ou un emballage en carton)

Comments