Zoltan Tasi @unsplash

J'ai l'impression de revenir à l'âge de pierre

Revenir à l’âge de pierre - ou pas, différencier qualité de vie et confort de vie, comprendre ce qui change quand on change ses priorités pour aller vers plus d’écologie au quotidien…

Bienvenue sur Poubelle Rose pour un article costaud !

Zoltan Tasi @unsplash

Oui, cette semaine, c’est du lourd. En granit même. J’ai eu du mal à l’écrire celui-ci, car il implique beeaaucoup de choses; ce n’était pas facile de rester concise ET précise. Et puis c'était difficile de rester dans la légèreté habituelle mais j'ai fait de mon mieux 😅

J'en profite pour remercier ici toutes celles et ceux qui ont participé au débat pour me permettre d’accoucher de cet article.

 

« J’ai l’impression de revenir à l’âge de pierre »

 

On m’a dit ça récemment (ma plus fidèle lectrice ❤️). On connaît tous quelqu’un qui l'a pensé une fois, en toute sincérité et sans être ironique, mais perdu dans sa volonté de faire des effort (soyons clairs, je ne parle pas ici des trolls, de climato-sceptiques, ni de celles/ceux qui se servent de cet argument épouvantail pour discréditer tout discours sur l’écologie)

 

Il y a en fait une REELLE problématique, derrière cette phrase.

Celle de la peur, de la crainte :

  • la peur perdre en confort,
  • ou d’aller vers l’inconnu.

 

Dans cette phrase, ce n’est pas la crainte de l’effort à faire avant tout, même s’il peut être là. Les personnes qui ont la flemme de s’y mettre ou qui se font une montagne de l’effort que ça demande l’énoncent autrement. Pas avec « j’ai l’impression de revenir à l’âge de pierre ». On touche ici un frein très particulier.

 

La peur de la perte

 

Jasmin Schreiber @unsplash

Comment dépasser ça ?

Déjà comprendre, pour soi ou pour la personne qui te confie ça, pourquoi elle a cette peur et ce blocage :

  • est-ce que c’est le souvenir d’une période de pauvreté qui a été dépassée, et un confort de vie qui est associé à ça ? Dans ce cas, aller vers des pratiques écolos, réduire, ralentir, ça rappelle cette période pas agréable et on a l’impression de revenir en arrière.
  • est-ce que c’est la peur simple de perdre en confort, sans que ce soit associé à une période de vache maigre ? On a, quoi qu’il en soit, cette idée de perte et de retour en arrière (qu'on identifie au passé, à l'inverse du confort moderne, etc. Bon il faudrait voir ce qu'on entend par confort moderne aussi)

 

Il faut ensuite arriver à dissocier CONFORT et QUALITE de vie.

 

Dissocier confort et qualité de vie

Alexis Antoine @usnsplash

Va-t-on perdre en confort en allant vers des pratiques écologiques ? Peut-être, ça dépend d’où tu pars (si par confort tu entends te balader en sous-vêtement chez toi et chauffer à 28°C, alors oui. Sinon, pas nécessairement)

Va-t-on perdre en qualité de vie ? NON. Certainement pas.

 

Et tout.e.s celles et ceux qui se sont lancées là-dedans le disent : on est PLUS HEUREUX.

Plus heureux parce qu’on reprend du pouvoir sur nos vies, sur la façon dont on les mène, parce qu’on fait des choix éclairés, et parce qu’on sait qu’on protège, qu’on préserve, et qu’on participe au bien commun. Rien que ça, ça devrait donner envie 😉

 

Revenons à cette question du confort et de la qualité de vie.

La notion de confort, elle a des « niveaux » dirons-nous. En-dessous d’un certain niveau, on est dans l’inconfort. Au-dessus, on est confort, super confort ou hyper confort.

 

Redéfinir le "normal"

Une des choses qu'il est difficile d'énoncer (ou de réaliser), c’est qu’on vit dans une opulence folle, un hyper confort de malade et que, malheureusement, c’est devenu NORMAL.

Faye Cornish @unsplash

Notre vision de la normalité est erronée.

Pas facile de dire ça à quelqu’un. Et pourtant…

 

Il faut donc que les personnes qui ont l’impression de perdre quelque chose en allant vers des pratiques écolo identifient ce qu’elles ont l’impression de perdre et pourquoi, et ensuite qu’elles expérimentent. Surtout ça. Pour se rendre compte qu’en enlevant un peu, par-ci, par-là, on ne perd pas en qualité de vie. On revoit simplement ses critères de confort.

J'ai vécu un hiver dans une maison sans chauffage et ça, c'est de l'inconfort. Le reste, c'est de l'adaptation.

➡️ Que chauffer à 19 ou 21°C au lieu de 25°C, ce n’est pas perdre en qualité de vie. (à mon sens c’est pas non plus perdre en confort mais on ne part pas tous du même point). 

➡️ Que mettre un pull chez soi l’hiver, ce n’est pas perdre en qualité de vie.
Que d’avoir un torchon plutôt que du sopalin à usage unique, ce n’est pas perdre en qualité de vie

➡️ Que faire du vélo plutôt que la voiture pour les trajets courts, ce n’est pas perdre en qualité de vie (et au contraire même, vu que ça fait faire de l’exercice)

➡️ Que moins manger de viande (ah le sujet qui fâche) et même arrêter d’en manger, ce n’est pas perdre en qualité de vie.

Etc.

 

Et c’est là tout le truc : distinguer ce qui est de l’ordre du SUR-CONFORT, pour revenir à un niveau raisonnable de confort.

Prendre conscience de l’opulence dans laquelle on vit. Prendre conscience à quel point ce n’est pas normal, sinon on n’en serait pas là niveau dérèglement du climat (ouais je l'ai souligné, même)

 

 

Et puis à un moment il faut se regarder en face, disons-le franchement :

👎 Ce niveau de confort ne va pas durer. On peut se mentir tout ce qu’on veut, à un moment, quand il n’y aura plus d’énergies fossiles à extraire, il n’y en aura plus. C’est tout. Lorsqu’il n’y aura plus assez d’énergie pour nous fournir en électricité et faire tourner le four, la TV en HD, la radio, la machine à laver et le lave-vaisselle et nos 1001 objets inutiles en même temps, il n’y en aura plus. C’est tout.

✋ On a tous une raison d’agir, souvent c’est de protéger le vivant : que ce soit sa propre vie, celle de ses enfants, celle des autres êtres qui peuplent notre planète. Aujourd’hui la vraie question ce n’est pas comment sera l’avenir, c’est: y aura-t-il un avenir avec nous dedans ? (oui je t’avais prévenu.e, la franchise n’est pas toujours facile à entendre)

👎 Et là, oui, on reviendra à lampe à huile (enfin, si on peut encore en fabriquer !)

Thought Catalog @unsplash

Revenir à l’âge de pierre, pour être franche, c’est ce qui nous attend si on continue comme on fait MAINTENANT. Comme on fait là.

 

WOW, bah merci pour la déprime, Sophie ! 😨 On fait quoi alors ?

 

👉 On se renseigne : on n’agit jamais mieux que lorsqu’on sait pourquoi, et les ateliers de la Fresque du Climat sont fait pour ça

👉 On change ses habitudes : Poubelle Rose est là pour ça, ainsi que les milliers de ressources pour réduire son empreinte carbone ET préserver les ressources naturelles. Les ateliers Solutions Climat, un jeu que j'ai co-conçu avec Little Big Impact et Agoracte, sont là pour ça aussi

👉 On en parle autour de soi : l’action individuelle est essentielle, la sensibilisation autour de soi, aussi. On n’enraye pas le dérèglement climatique tout.e seule, c’est une histoire de collectif.

 

Alors, tu commences par quoi?

Comments