in pursuit of magic poster
Karly Santiago @unsplash

Je fais le bilan: zéro gaspi 2020 (1/2)

Personnellement et professionnellement, je suis dans une phase de transition. En ce moment, c’est la fin d’une période pro qui a été importante pour moi. Je m’apprête à tourner une page pour en démarrer une autre, et je me suis dit que ce serait intéressant en parallèle de faire un bilan zéro gaspi du premier semestre 2020.

Je fais cet exercice « publiquement » sur ce blog pour t’en montrer l’intérêt et pour t’inciter à le faire toi aussi, dans ton coin si tu ne veux pas étaler tes poubelles (roses) sur le devant de la scène. Cela sera gratifiant parce que tu vois l’impact de tes efforts, et cela t’aidera à identifier les points de difficultés pour mieux les résoudre.

in pursuit of magic poster
Karly Santiago @unsplash

C'est parti!

 

ALIMENTATION

En termes d’alimentation, ça a été très fluctuant ce semestre.

LES +

Nous avons testé pendant le confinement de faire nos courses sur internet, auprès de La Fourche. La quantité de bio dans nos courses a donc augmenté, mais c’est pas exactement zéro déchet

Nous avons continué nos courses locales auprès de la ferme pour les légumes notamment, ce qui ne génère pas de déchets liés à l’emballage. Elles sont donc toujours locales et de saison. J’attends la fin de la crise sanitaire pour aller rendre mes boites d’œuf qui s’entassent, mais en dehors de ça, c’est toujours bon

Le confinement m’a permis d’être plus régulière dans la confection de pâtisserie maison. Nous avons donc acheté très peu de biscuits depuis le mois de mars avec quasi exclusivement du fait-maison. Et ça, quand tu fais gaffe à la quantité déchet généré par ces satanés biscuits avec leur emballages de plus en plus individuel (bouillonnement interne), ça fait plaisir !

Le confinement nous a permis aussi de mieux investir le jardin et de planter quelques fruits et légumes. Un tout petit pas vers l’autonomie alimentaire

boy eating ice cream
Markus Spiske @unsplash

LES -

Comme je ne me rends plus à Paris régulièrement pour le travail, je n’ai plus accès à un magasin de vrac. Tout de suite, malgré un certain nombre de bonnes habitudes (prendre ses propres sacs, favoriser les emballages recyclables), et comme je ne peux pas supprimer tous les packaging, la quantité de déchets généré a augmenté.

Même chez la Fourche (et c’est justement ce que je n’aime pas avec l’industrie du bio), certains emballages sont en plastique (et ça me rend ooooouuf). Commander auprès de La Fourche génère aussi des déchets de carton, et des émissions liées au transport… c’est bof bof. A défaut, j'essaye d'en faire profiter autour de moi pour faire une commande groupée.

On se maintient encore à environ 1kg de déchet non recyclable par mois, mais je n’ai pas noté de baisse sur la balance de la quantité de déchets non recyclables générés par notre foyer.

Un autre point que j’ai beaucoup de mal à gérer, c’est le gaspillage du pain. Il finit toujours par rester un bout de quignon, un tiers de baguette qui sèche et tout ne part pas en cuisine des restes (gratin de pain, pain perdu…). Je bloque carrément sur la réduction de ce type de gaspi.

 

TRANSPORT

LES +

Clairement l’épisode confinement a eu des impacts positifs sur la non-utilisation des transports, avec l’air à Paris revenu à des niveaux de qualité jamais vu depuis 40 ans (je le répète parce que je trouve ça incroyable : 40 ans !! plus vieux que moi!)

Résolution confinement de mon côté : je systématise l’utilisation du vélo pour tout ce qui est à moins de 5km autour de chez moi. Ce qui m’a amené à ça, c’est évidemment ce cheminement de transition écologique, mais aussi beaucoup la réflexion autour de l’autonomisation, l’indépendance, et l’entretien que j’ai réalisé avec Clément Chabot en mai dernier. Je faisais beaucoup à pied autour de la maison, mais décider de le faire à vélo me permet d’accroitre un peu le périmètre.

D’ailleurs si tu a besoin d’être convaincu.e du bienfondé d’une telle résolution : impact carbone de 5km en voiture : estimé à 792g, à multiplier par deux (parce que aller-retour évidemment), soit presque 1,5kg de CO2. Et en vélo : 0 !! (on ne parle pas d’énergie grise ici, juste à l’utilisation) et seulement pour 5km... (calcul estimé avec Ecoscore). Quand j’y pense c’est incroyable que j’ai pas pris cette résolution avant !

J’ai signé il y a quelques mois la charte de la Résistance Climatique et cela aiguille aussi maintenant des choix liés aux transports (c’est un engagement moral vis-à-vis de moi-même, si tu la signes tu n’as évidemment pas de compte à rendre) 

Baby Natur @unsplash

LES –

Les conditions de reprise des transports en commun en région parisienne sont un peu contraignantes pour le moment et j’ai repris la moto pour les 3 fois où j’ai dû me rendre à Paris pour le travail. En temps normal je l’aurais fait en train.

Je note donc une augmentation de l’utilisation du véhicule personnel depuis la fin du déconfinement et ça c’est un problème - a priori temporairej'espère.

Plus largement, j’ai regardé des solutions en train également pour partir en vacances, mais comme beaucoup de monde, je me heurte à un hiatus fou entre le prix d’un billet de train et celui d’un voyage en voiture (la balance prix n'est pas le seul critère vs le prix écologique, mais ça joue forcément).

Pour l’anecdote, je te partage ce petit moment WTF : j’ai regardé pour un aller-retour en Bretagne à 2 + 1 chien. Notre chienne étant de taille moyenne et pas transportable en sac, nous devons lui prendre un billet. Quelle ne fut pas ma surprise de constater que nos billets coûtaient 50% du prix du sien ! « Mais allô quoi » ! Sachant qu’elle n’a pas de siège évidemment, et qu’il faut la caler entre nos pieds pour tout le trajet.

Une absurdité pareille qui est venue s’ajouter à d’autres contraintes et qui nous a dissuadé de prendre le train. Donc les vacances plus éco responsables niveau transport rencontrent encore des freins de taille… (je te la fais courte parce qu'après il y a aussi la question de se déplacer sur place, etc.)

 

LES BIENS DE CONSOMAMTION

LES +

Le confinement a beaucoup impacté notre façon de consommer. Hormis les achats alimentaires, les autres achats que nous avons fait concernaient le potager (graines et plants).

Les autres types d'achat sont très marginaux et se sont fait autant que possible d'occasion.

LES –

Il n’y en a pas, youhou !!

 

HABITAT

red brush old house
Brina Blum @unsplash

Ici aussi, impossible de ne pas parler du confinement. Pendant que certains faisaient du stock de PQ, nous faisions du stock de placo. La rénovation de l’habitat continue et se porte bien. Cependant, difficile de faire avec du seconde main et de l'occasion quand on fait une rénovation complète.

LES + 

Quasiment toutes nos ampoules sont des led désormais car nous passons peu à peu sur le nouveau système électrique de la maison, plus performant en terme de consommation électrique.

Suite à la découverte du jeu REVOLT dont j’ai beaucoup parlé, je fais en sorte de trouver, çà et là, des astuces pour consommer encore moins d’électricité lorsque ce n’est pas nécessaire. Nous avons le projet de construire un four solaire, mais si tu n’en n’es pas là, ça peut tout simplement être passer le balai plutôt que l’aspirateur, ou alternet balai / aspirateur, et revenir, là où tu le peux, à des pratiques manuelles. 

LES – 

Je vais compter ici la consommation liée à l’habitat : notre consommation d’eau n’est pas exemplaire !! J’ai pu avoir accès à nos stats et sur le dernier trimestre, notre consommation d’eau avoisine les 150L par jour. Alors je sais qu’il y a les travaux et l’arrosage du jardin, mais ça fait beaucoup pour un foyer de 2 !

Objectif pour le semestre suivant : baisser légèrement notre consommation d’eau. Un défi de taille quand on sait que le puits n’est pas encore en service pour l’arrosage du jardin et qu’on est déjà peu gourmand sur l’eau de la douche... J’espère que la rénovation de la maison va nous permettre de faire baisser ça (notamment avec des toilettes et donc des chasses plus performantes). Au moins on a fini le béton (très consommateur d’eau) pour un moment…

Ici une infographie de l’ADEME avec des moyennes nationales datant de 2019 : 

 

TRAVAIL

coffee and work
Green Chameleon @unsplash

LES +

Niveau zéro gaspi au travail, sur le premier trimestre j’ai bien maintenu d’apporter mon propre repas et quasiment pas généré de déchets liés au casse-croûte. Forcément, avoir mangé à la maison durant tout le deuxième trimestre a bénéficié à cela.

Pas d’impression, pas d’achat de matériel… Impact assez bas sur la consommation courante donc peu de déchets !

Je n’ai pas les moyens de calculer ici l’impact carbone du travail à la maison. Il me faut peu de matériel (un ordinateur, un téléphone, du papier, des feutres me suffisent) et la prestation de service génère peu de déchets à l’usage.

L’activité de shiatsu, elle, a été au point mort évidemment. Pourtant, le massage est neutre en carbone, haha ! puisqu’il ne faut aucune machine ni aucun matériel spécifique pour masser quelqu’un (hormis le futon)

LES -

Une plus grande consommation d’électricité évidemment, mais qui vaut la baisse de celle que nous n'avons pas utilisé dans les locaux, et même si les bons gestes sont en place, ils ont besoin d’être plus systématisés. Ne pas laisser l’ordi branché une fois la charge complète, optimiser l’utilisation du matériel.

 

POUR LE SEMESTRE SUIVANT…

you can do it poster
Sincerely Media @unsplash

 

. J’aimerais poursuivre les efforts sur l’alimentaire et baisser à 1 poubelle tous les mois et demi au lieu d’1 par mois actuellement

. j’aimerais réduire de moitié les déchets liés au pain sec

. j’aimerais baisser de 10% notre consommation d’eau, donc une moyenne de 135L/jour, ce qui est encore pas mal mais on va viser la décroissance régulière

. Enfin, j’aimerais mettre en place la mesure et l’impact de mon activité de travail à la maison, puisqu’elle va devenir très régulière dans les prochains mois !

--

J'espère que ce petit modèle t'aidera à faire le bilan si cela t'importe aussi! Je me rends compte grâce à ça que je fais attention sur beaucoup d'aspects, et je vois bien les points bloquants (gapillage du pain, utilisation de la voiture encore trop systématique, consommation d'eau élevée) pour mieux orienter mes efforts.

Et si tu veux discuter de où tu en es, de ce qui te bloque et que je peux t'aider, sache qu'on peut se prendre un café virtuel quand tu veux: les infos sont là-dessous

 

A très vite!

Comments