Max Ostrozhinskiy @unsplash.com

(au moins) 15 choses à REDUIRE: une série sur les 5R

Salut !

 

J’espère que l’article de la semaine dernière t’a aidé à mieux comprendre ce dont il s’agit quand on parle de REFUSER dans les 5R.

Pour celles et ceux qui débarquent sur cet article sans avoir lu le début, je vous invite à juste lire l’intro de cet article pour savoir de quoi on parle avec les 5R car je ne reviens pas dessus ici.Cette semaine, on s’attaque au sujet de la REDUCTION. Un bien grand chantier ! Alors avant tout...

 

… QUE S’AGIT-IL DE REDUIRE ET POURQUOI ?

Max Ostrozhinskiy @unsplash.com

Si la première partie nous apprend à dire non (aux sollicitations, à nos propres envies non justifiées), réduire nous apprend à faire mieux, avec moins. Toujours dans le but de chérir la planète, de laisser de la place à toutes les espèces pour exister, et pour être heureux surtout !

Le mouvement minimaliste par exemple, est aussi appelé « simplicité volontaire ». J’aime beaucoup cette expression car elle évoque bien ces deux éléments centraux : simplifier nos vies, et être à l’origine de cette volonté. Déjà parce que tu iras bien plus loin si tu le veux, et tu y prendras du plaisir si tu ne subit pas la situation.

J’ai été marquée par plusieurs documentaires sur le minimalisme (comme The Minimalists) qui parle du parcours de celles et ceux qui ont pris cette voie. Une pensée ne m’a pas quittée pendant plusieurs jours et même si elle me saute moins à l’esprit aujourd’hui, elle est toujours bel et bien présente :

Tous ces documentaires, tous ces témoignages présentent des gens résolument heureux. Comment se fait-il qu’on soit si peu à écouter, quand on nous donne sur un plateau une recette du bonheur ?

Que tu lises des bouquins sur le minimalisme, la méditation, la sylvothérapie, le zerowaste… Au fond, tout le monde te parle de BONHEUR. Juste ça. Et moi aussi finalement. Alors pourquoi c’est si compliqué de suivre cette voie ? Pourquoi est-ce plus facile de désirer le dernier écran plat qui fait la taille du mur de ton salon que de l’apprécier dans la beauté de sa sobriété ?

Si la réponse était aussi aisée, on serait bien plus avancé évidemment. Mais on ne déconstruit pas des centaines d’année de culture sociale, de culture de l’argent, de culte de la performance  en claquant des doigts. Alors j’y vais brique après brique. Et de manière très pratico-pratique...

 

… DANS LE MOUVEMENT ZERO WASTE, ON REDUIT QUOI ?

Glen Carrie @unsplash.com

 

On réduit sa consommation à tous les niveaux: objets, biens de consommation, emballages, rythme de vie. Mais pas de panique, tu n’es pas obligé.e de TOUT FAIRE en MEME TEMPS. Sinon tu vas te sentir submergé.e et ta motivation va fondre comme le permafrost (et c’est pas joli-joli).

De toute façon tu verras qu’en t’y mettant, tu réduiras ci, puis ça, et ça, et tout deviendra de plus en plus facile. Commence là où ça te motive le plus !

REDUIRE ne se limite pas ici aux emballages mais bien à notre rythme de vie au global, pour préserver les ressources de la planète.

Pour t’aider, comme la semaine dernière, voici une liste d’inspiration de choses qu’il s’agit de réduire pour aller vers a) plus de bonheur, b) moins de déchets, c) chérir la planète (plusieurs choix possibles)

 

Petite précision : je compte dans cette section des items qui peuvent paraître annexes, tels que le DIY et le désencombrement. En effet, faire soi-même permet de réduire certains achats et de maitriser ta production, donc moins d’énergie grise, de transport, etc. (avec toutes les nuances et précautions qui s’appliquent évidemment), et désencombrer permet de faire le point sur ce qui nous est nécessaire et ce qui est superflu. C’est dans cette section des 5R que se présentent beaucoup d’alternatives à l’existant.

 

15 CHOSES A REDUIRE POUR ETRE HEUREUX (on est d’accord que c’est plus compliqué que ça hein, mais faut bien commencer quelque part)

Sarah Dorweiler @unsplash.com

 

Alimentation & soin de la maison // Emballages // Objets & bien de consommation // Rythme de vie

  1. Limiter les plats préparés et favoriser le fait maison (pour, à terme, arrêter)
  2. Favoriser la cueillette et le potager. Si tu es en appartement, il est tout à fait possible de faire pousser des choses sur un balcon, sur une terrasse en favorisant la hauteur. J’en ai déjà parlé ici. La cueillette et le glanage sont possibles mais règlementés . Je te renvoie à cet article qui nous précise : "Savez-vous que le code forestier tolère une récolte sans autorisation limitée à 5 litres pour les champignons (un panier) et le contenu d’une main pour les fleurs en forêt publique ? Au-delà de 5 litres, la règle est la même qu’en forêt privée. En forêt privée, petits fruits, glands, faines, bois morts, fleurs... appartiennent au propriétaire du sol : son autorisation est nécessaire. Tout contrevenant s'expose à une amende maximale de 750 € (moins de 10 litres) et jusqu’à 45 000 € d’amende et 3 ans d’emprisonnement pour une récolte supérieure à 10 litres, et quelque soit le volume pour les truffes." (et si tu veux le code forestier en entier, c'est ici)
  3. Faire ses propres produits ménagers. Internet déborde littéralement de recettes. Tu peux en trouver pour tout ce que tu utilises. Je te laisse chercher sur internet en fonction de ce que tu veux (parce que sinon cet article devient Wikipedia et personne n'aura envie de le lire)
    • La lessive (en poudre ou liquide). Je t’ai déjà partagé la recette de la mienne ici 
    • Le liquide vaisselle (même si je lui préfère maintenant le bloc de savon de Marseille brut, je trouve que ça dégraisse + et ça laisse moins de trace – et laisse tomber le gain de temps)
    • La poudre pour le lave vaisselle
    • Le pshit à tout faire nettoyant, dégraissant… à base de vinaigre blanc
    • Les blocs détartrants pour les WC
    • Le nettoyant pour le sol (dans mon cas même pas une préparation, je verse du savon noir dans l’eau de la serpillère)
    • Le nettoyant pour les vitres (à nouveau chez moi, pas de préparation, c’est un peu de liquide vaisselle dans de l’eau. On fait pas mieux, conseil de laveur de vitre !)
  4. Cuisiner un max soi-même. Il n’est pas nécessaire d’être homme ou femme au foyer pour en faire un max maison. Les basiques sont souvent rapides, pratiques et nécessitent peu d’ingrédients. Après, si tu veux te lancer dans une Forêt Noire par semaine, c’est toi qui voit. En attendant, voici ce que tu peux faire aisément de manière régulière :
    • Le pain, la brioche, le pain viennois…
    • Les yaourts si tu consommes des produits laitiers.
    • Le beurre (idem)
    • Le lait végétal
    • Les gâteaux, les biscuits
    • Le sirop (j’en fait tout le temps et c’est la bonne saison ! aubépine, sureau, coquelicot, menthe… tu as le choix !)
    • Conserves stériles (je suis pas peu fière de mes conserves de tomate de l’année dernière qui ont été un franc succès)
    • Confitures (on commence souvent par-là !)
  5. Réduire les achats impliquant du plastique (toujours en vue de refuser au bout d’un moment)
  6. Réduire progressivement les emballages sur les aliments (les emballages à usage unique sont pour moi carrément dans la partie REFUSER), mais en termes de cheminement, quand on se lance, on commence souvent par réduire avant de refuser. Ca veut dire favoriser le vrac.
  7. Pour les achats futurs (remplacements, etc.) favoriser des matières durables. Par exemple :
    1. Si tu dois racheter des contenants, favorise des contenants en verre ou en métal que tu n’achètes qu’une fois et qui te serviront des années
    2. Au lieu de racheter du cellophane, passe aux couvercles en tissu pour poser sur tes plats qui vont au frigo (ou utilise une assiette pour couvrir) et utilise du tissu ciré pour emballer les aliments. Concrètement, si je me fais un sandwich pour un pique-nique, il est emballé dans une serviette en tissu ciré qui, en plus, me fait petite nappe. Zéro cellophane ou alu dans l’histoire.
  8. Limiter l’achat neuf, favoriser l’achat d’occasion au maximum.
    • Le site rienddeneuf.org, qui se base sur les estimations de l’ADEME, te permet de voir les économies de CO2 réalisées grâce à l’achat d’occasion. En effet, on prend trop peu souvent en compte l’énergie grise de nos produits, c’est-à-dire les ressources qui ont été nécessaires à sa fabrication. Ce que tu ne vois pas avant que l’objet finisse chez toi, comme le fait qu’il faille 183kg de matière pour fabriquer un smartphone de… 400g (source Zero Waste France). Réduire ses achats neufs (réduire ses achats tout court) est clairement une valeur écolo.
  9. Limiter les achats sur internet (emballage, livraison, tout ça tout ça)
  10. Réduire la qualité des vidéos que tu visionnes : réduire la qualité des vidéos à 360px peut diviser ton impact numérique par 3 ! (source : Mooc Zero Déchet, Université des Colibris)
  11. Réduire l’utilisation de ton frigo : si tu es en train de regarder pour changer de frigo, tu peux envisager de ne pas prendre plus grand, ou même de réduire sa taille en envisageant l’une des solutions suivantes : zeer pot, cellier, cave… qui te permettent de conserver tes aliments avec zéro consommation électrique.
  12. Limiter ses sorties (alors c’est chaud à dire après 2 mois de confinement, mais vois ça dans le long terme 😉). Moins de repas à l’extérieur, limiter drastiquement la vente à emporter qui est la lie de l’emballage à usage unique…
  13. Limiter l’utilisation de sa voiture, des transports à énergie fossile. Par exemple, résolution confinée de ma part, tout ce qui est à moins de 5km de chez moi je veux m’engager à le faire systématiquement en vélo et non plus en voiture ou en moto comme ça peut encore m'arriver parfois. Commencer petit et systématiser !
  14. Trier / désencombrer : faire le tri de ce dont tu n’as plus besoin dans ta vie au regard du style de vie que tu souhaites avoir te permet de réduire ce que tu possèdes, sans te sentir dépossédé. C’est très important. De plus, ce dont tu te sépare peut avoir une deuxième ou troisième vie chez quelqu’un d’autre. On évite de tout mettre simplement à la poubelle !
  15. Réduire sa consommation électrique :
    • l’ADEME publie souvent l’exemple suivant, que baisser son chauffage de 1°C, c’est 7% d’économie sur sa facture, et c’est d’autant plus d’énergie non puisée dans les ressources de la planète.
    • Si tu es bricolo, tu peux te lancer dans la conception d’un four solaire (petit projet ici dont je te reparlerai sans doute 😉 et plein d'autres choses à énergie solaires qui ne demandent pas d'électricité et un peu d'huile de coude! C'est souvent moins compliqué que ça en a l'air.
    • Enfin, remplacer tes ampoules par des LED a beaucoup d’impact aussi. Le jeu REVOLT dont je t’ai pas mal parlé indique qu’une pour produire 50watt, tu devrais pédaler 1h. Si c’est une led de 9Watt (comme chez moi), tu peux t’éclairer un peu plus de 5h avec l'équivalent d'1h de vélo, alors que pour la même énergie avec une ampoule de 30Watt, ben t’as même pas 2h. Alors imagine l’impact à l’échelle de ta maison, sur tous tes éclairages !

 

J’ai été exhaustive et beaucoup de ces exemples regroupent une multitude de gestes. Je voulais que tu puisses, avec cet article, prendre la mesure de tout ce qui est possible, de la diversité des gestes à mettre en place. Impossible qu’il n’y en ai pas un qui te botte dans le tas. Commence par celui-là, ce sera ton premier engrenage et le reste suivra.

 

/!\ D'ailleurs, ça te dirait un kit zéro déchet autonomie? Je réfléchis à te faire un dossier pour t'aider à te lancer / à aller plus loin selon ton cas, écris-moi par mail ou sur les réseaux pour me donner ton avis! Ce serait très précieux pour moi! /!\

 

Bonne semaine et à mardi prochain!

 

PS: l'abonnement à la newsletter est toujours possible:

Comments