Drew Beamer on Unsplah.com

15 choses à refuser : une série sur les 5R

Bonjour !

 

Alors ces parties de jeu REVOLT, ça a donné quoi ? 😉 N’hésite pas à me faire remonter tes remarques sur le jeu ou à les transmettre directement à Clément, ça lui fera plaisir et ça permettra d’améliorer le jeu !

Sinon cette semaine, back to basics avec cette série sur les 5 R que je commence avec toi.

Si tu as besoin qu’on repasse sur le schéma initié par Bea Johnson, je te le remets ci-dessous et voici l’article qui le détaille.

les 5 R, basé sur le travail de Bea Johnson

Cette semaine, on va se consacrer uniquement sur le premier : REFUSER.

 

PETIT RAPPEL SUR LE MOUVEMENT ZERO WASTE

Le mouvement zero waste ne concerne pas que les déchets, c’est pour cela que je préfère le terme anglais, qui signifie plutôt « zéro gaspillage » et qui est plus holistique. Optimisons ce que nous avons dans nos vies en général, pas que la consommation de biens courants ! Il s’agit de ne rien gaspiller dans l’absolu et de faire un max avec ce que nous avons déjà (tu peux voir ça sur un plan relationnel aussi, mais ce n’est pas tout à fait l’objet de Poubelle-Rose 😉 )

2 ressources intéressantes: le site de Bea Johnson, qui a initié le mouvement, et le site de Zero Waste France où tu trouveras beaucoup de ressources et d'actus sur les sujets en cours au niveau national. 

 

POURQUOI C’EST IMPORTANT ?

Apprendre à dire « non » !

 

On est beaucoup sollicité par l’extérieur : que ce soit des flyers, la pub dans la boite aux lettres, les mails, le spam, la télé, l’affichage publicitaire dans la rue… Je me souviens en cours de marketing, on nous disait qu’une personne reçoit en moyenne 800 messages publicitaires par jour. C’est é-nor-me. Bien plus que le cerveau ne peut le supporter, alors on filtre beaucoup de choses.

 

De la même manière, lorsque tu vas acheter quelque chose, tu es beaucoup sollicité aussi : les sacs en service libre, les vendeurs qui te proposent des couverts / des serviettes / des pailles avec tes achats… des échantillons gratuits, etc.

 

Pour beaucoup de monde, comme j’en discutais encore hier avec une amie, il est difficile de dire non quand on nous demande un service ou autre. Même si on n’a pas le temps, même si on a d’autres priorités, moi-même j’ai énormément de mal à refuser un service à quelqu’un. Et de la même manière quand on commence dans le zero waste, on a du mal à dire « non » à un sac, des couverts… car on a l’impression de sortir du lot, que c’est gênant, etc.

Si tu es dans ce cas et que tu aimerais bien savoir dire non aussi bien à une paille qu’à « tu aurais 5 minutes » qui se transforment en 2h, commence par ce petit exercice simple dans ta vie de tous les jours : REFUSER ce dont tu n’as pas besoin. (et après tu passeras à la phase immatérielle des choses si ça te parle – peut-être bien que je me mets à faire du développement personnel maintenant, haha)

 

COMMENT LE METTRE EN PLACE AU QUOTIDIEN ?

Drew Beamer @unsplash.com

Voici une proposition de choses que tu peux refuser pour progresser dans ta démarche. Certaines sont accessibles directement, d’autres moins. Sens toi libre de faire ta propre liste, d’en rajouter, de m’écrire (hello [at] poubelle-rose.fr) pour que j’en rajoute ici.

Il y a plusieurs choses à distinguer, entre achat et non-achat, des choses qui génèrent des déchets ou pas, ce qui répond à un besoin, et ce qui n’y répond pas (et qui t’es propre, selon ton style de vie). Clairement, avec le zero waste, on se concentre sur ce qui va à la poubelle ou pas, et une part du mouvement se cristallise sur le plastique, mais ce n’est pas que ça.

 

! ASTUCE ! Si tu démarres dans le zéro déchet, je te conseille de prendre un carnet et de dédier quelques pages à cette série (comme 5 chapitres, où tu mettras les points relatifs aux 5 R, que tu peux remplir et laisse de la place pour en rajouter au fur et à mesure ! Coche les cases que tu remplis (gros sentiment de satisfaction) et progresse, pas à pas. Si tu es adepte du bullet journal, cette idée te parle sûrement.

 

15 CHOSES A REFUSER (sans jamais le regretter !)

  1. Les échantillons (en magasin, dans la rue)
  2. Les pubs dans ta boite aux lettres (stop pub)
  3. Les sacs dans les magasins (apprendre à prendre les siens avec soi, même les sacs en papier)
  4. Les couverts, les serviettes, les pailles qu’on peut te donner avec un achat de nourriture
  5. Les cartes de fidélité
  6. Les prospectus (dans la rue, avec un gentil « non merci » et un sourire tu verras, personne ne te mange)
  7. Les produits à usage unique (comme les bouteilles d’eau, les serviettes en papier, le sopalin, le cellophane, les cotons tiges, les couverts en plastique, les assiettes en carton… La liste est longue !) et limiter les autres
  8. Les plats préparés et cuisiner maison (je sais, pas toujours facile. Je me répète, bienveillance avec toi-même pour progresser pas à pas sans se contraindre trop fort, sinon tu ne tiendras pas)
  9. Les emballages à la boulangerie (et si tu veux décomplexer, va lire mes aventures boulangères ici)
  10. Les abonnements automatiques aux newsletters, ne garder que ceux qui t’intéressent (la pollution numérique est un fait)
  11. Les fruits et des légumes hors saison (et qui viennent de trop loin)
  12. Les produits suremballés
  13. Tout objet en plastique non nécessaire (niveau maître yoda). Ca veut dire remplacer par des alternatives en verre, en métal, des matières plus durables quand c’est possible et pas à usage unique.
  14. Refuser de faire du surstock (as-tu besoin de 5-6 crèmes d’avance ? et pensée pour les personnes qui se sont acheté 25 ans de PQ d’avance pendant le confinement…) Vider ses stocks, c’est bueno !
  15. Refuser d’acheter neuf quand c'est possible (c’est une possibilité pour plein de choses du quotidien). Le Défi Rien de Neuf peut t’aider à te rendre compte des ressources planétaires économisées.

A toi de compléter !

 

Si tu veux comprendre pourquoi faire tout ça, si tu t’interroges sur le changement climatique et pourquoi c’est important, d’où ça vient… Sache que j’organise des Fresque du Climat en ligne pour comprendre ces enjeux essentiels. C’est gratuit pour celles et ceux qui s’abonnent à ma newsletter (mais souviens-toi aussi de ce que j’ai mis plus haut, je ne pousse pas à la consommation d’emails dont tu ne voudrais pas !).

Bonne semaine !

 

Comments